La vie Communale

La Chapelle Saint-Joseph :

La chapelle Saint-Joseph date de 1862. Elle abrite les restes de Victoire Brielle (1815 - 1847).Victoire Brielle est nommée « la Sainte de Méral » par les habitants de Méral et alentours.Le dimanche 4 mai 1947, 8000 personnes se sont rassemblées à Méral pour faire mémoire de sa mort survenue 100 ans plus tôt le 29 avril 1847. Victoire Brielle troisième d’une famille de 6 enfants au foyer de Jean et Marie Brielle, naîtra à Saint Poix le 31 janvier 1815. Quelque temps plus tard, elle arrive à Méral (la Grihaine). Sa mère et sa sœur la trouvèrent morte à son rouet le 29 avril 1847.Suivront alors 19 années de silence. Le 20 août 1886 tandis que le fossoyeur creuse la terre du cimetière pour y déposer un corps, sa pioche heurte un cercueil, lequel, ouvert laisse voir un corps intact. Cas unique dans ce cimetière. Ce corps est celui de Victoire Brielle. C’est alors que Victoire entre dans la mémoire des hommes. Le lieu de sa sépulture devient lieu de pèlerinage. Et la chapelle St Joseph sera édifiée pour abriter les restes mortels de Victoire Brielle.

L'église :

L'église actuelle a été construite en 1868. Pour raison de sécurité, on descend la flèche de l’église en 1929 avec sa grosse charpente et pour éviter que la tour elle-même ne s’écroule, on dut se résoudre à descendre les 3 cloches.

François Veillon :

François Veillon a été secrétaire de mairie (de fin 1903 jusqu’à sa mort en 1914). Cet homme autodidacte a vu le jour à Méral le 18 décembre 1871. Il était marchand et demeurait dans l’actuelle maison de M et Mme Maréchal. Doué de talents, il est tour à tour dessinateur, peintre, musicien et historien : Il est notamment l’auteur d’un ouvrage manuscrit de 450 pages sur l’histoire de Méral des origines connues jusqu’en 1909. (puisant ses sources auprès des archives municipales, paroissiales, mais aussi celles du château de Chanteil ou encore dans le dictionnaire de l’abbé Angot).